Brèves

WebTV

Actualité de la scène

Compétitions



LDLC va arrêter ses activités dans l'esport

9850 25

Structure phare de la scène française depuis de longues années, autant sur Counter-Strike que sur d'autres jeux, LDLC a annoncé l'arrêt de ses activités dans l'esport à partir du 31 juillet prochain. Cette nouvelle est évidemment une surprise, même si l'esport souffre de la conjoncture actuelle et que LDLC n'est pas la première organisation à se mettre en retrait.

Le modèle économique de l'écurie, dépendante d'une entreprise annexe, n'a apparemment pas suffi à mettre la filiale LDLC Event, sous laquelle se trouve la partie esport, à l'abri. On peut aussi penser que le rachat récent de l'Olympique Lyonnais, partenaire de LDLC sur la partie esport, a pu remettre en cause la coopération existante, et pousser LDLC à arrêter plutôt qu'à continuer seul.


Le sacre à la DH Winter 2014, plus belle performance de LDLC sur Counter-Strike

Le groupe de vente de matériel informatique a quelque peu détaillé sa décision dans un communiqué, sans toutefois avancer de raison précise autre qu'un manque de notoriété :

Si les équipes bénéficient d’une large notoriété et reconnaissance auprès des gamers passionnés, elles n’ont pas – malgré les efforts déployés – réussi à trouver une place suffisante auprès du grand public. Ainsi, le Groupe LDLC et l’OL Groupe ont décidé par anticipation, de mettre un terme à leur partenariat LDLC OL à compter de fin juillet 2023. La fin de ce partenariat marquera également pour LDLC Event son retrait de la scène du esport et de ses activités opérationnelles sur ce secteur.

Il n'est peut-être pas exclu que LDLC revienne un jour sur la scène, comme elle l'avait par exemple déjà fait en 2013, plus d'un an après son retrait de CS:Source. En attendant, LDLC laisse sur le carreau une équipe française de quatre joueurs (avec Lambert en coach), qui était la seule à évoluer à aussi haut niveau dans une structure tricolore :

... Commentaires en cours de chargement ...

Vous devez posséder un compte VaKarM et être connecté pour commenter les articles